Tracing the future: parcours d'art avec l'Utopia de Thomas More comme source d'inspiration

Tracing the future: parcours d'art avec l'Utopia de Thomas More comme source d'inspiration

Vendredi 30 septembre 2016 — L’Utopia de Thomas More continue-t-elle à inspirer les artistes d’aujourd’hui ? Dans le parcours d’artistes 'Tracing the Future', Ursula Biemann & Paulo Tavares, The Otolith Group, Allan Sekula, Martin Le Chevallier et Adrien Tirtiaux offrent chacun leur vision d’un monde idéal. Sur cinq sites de la ville de Louvain, ils montrent les succès et échecs de cette quête utopique.

Martin Le Chevallier  |  Münster (2016)  | KADOC  |  Première mondiale

« Le sentiment de vivre la fin de l’histoire, était glorifiant. Le monde allait renaître  et nous étions les élus. » Cet appel à fonder avec violence le royaume de Dieu sur terre n’est-il pas d’une résonance très actuelle? Même si la date 1534 est inscrite, nous nous trouvons au cœur de l’Allemagne d’aujourd’hui avec l’installation Münster. Münster part de la reconquête de la ville occupée par les anabaptistes (« les rebaptisés ») et s’attarde sur la relation entre la religion, la politique et la violence. Cette installation de films projetés en duo est un pastiche théâtral d’un évènement historique et pose des questions qui sont d’une relevance universelle. 

Sur l’écran de gauche on voit deux soldats de l’armée qui doivent venir libérer la ville de Münster de l’occupant. L’écran de droite montre la situation à l’intérieur de la ville emmurée. Les anabaptistes tentent d’instaurer un régime radicalement nouveau sous la direction de Jan van Leiden (1509-1536). Les discussions approfondies  ainsi que l’attitude d’attente des soldats sont en fort contraste avec l’énergie révolutionnaire des anabaptistes.

Adrien Tirtiaux  |  Parc Municipal |  Nouvelle création

Est-ce qu’une société utopique signifie que nous devons mélanger nos besoins individuels avec les nécessités publiques? Est-il possible de marier les désirs personnels avec ceux de la collectivité? L’installation Boven de Muur d’ Adrien Tirtiaux suscite des questions intéressantes. D’une manière exceptionnelle, cette construction relie le parc municipal, libre d’accès, à certains jardins privés de la Vlamingenstraat. Comme spectateur vous êtes invité à pénétrer dans l’œuvre et vous pouvez via des escaliers, des ponts et des plateformes  vous promener dans un jardin privé. Par contre, certaines parties ont été adaptées aux souhaits des habitants et restent privés. On peut aussi considérer Boven de Muur comme une sculpture sociale. Le processus de préparation prend une imposante place dans ce projet où les habitants du Vlamingenstraat ont été activement impliqués. La sculpture de Tirtiaux casse littéralement la frontière entre le publique et le privé. On est poussé à se poser la question : dans quelle mesure sommes-nous prêts à rendre notre propriété publique pour le bien commun ? Allons-nous  ainsi vers une société utopique où la propriété est distribuée équitablement et où tout le monde connait la liberté ultime, ou cela a-t-il l’effet inverse ?

The Otolith Group | Medium Earth (2013) | Bibliothèque Universitaire KU Leuven

« Who does the earth think it is? » se demande la voix off dans Medium earth. Cette question insinue que l’homme est capable de saisir l’essence et les pensées profondes de la nature. La vidéo montre des images des régions désertiques étendues de la Californie du sud. Nous voyons des parois rocheuses et des vallées somptueuses. Derrière la splendeur de cette nature se cache cependant une histoire turbulente des plaques tectoniques interagissant entre elles. Le paysage sonore impressionnant et la voix off qui ont été rajoutés à la vidéo, donnent soudain une apparence sombre et apocalyptique à ces paysages désertiques apparemment apathiques. 

Ursula Biemann & Paulo Tavares  |  Forest Law (2014) |  KADOC

Comment pouvons-nous protéger la forêt tropicale -le poumon de notre planète-, contre les intrus? Forest Law d’Ursula Biemann et Paulo Travares examine la réponse sur cette question. Cette installation multimédia analyse un conflit qui fait rage dans la région riche en pétrole et minerai située à la frontière de la forêt amazonienne dans le sud de l’Equateur. Pour ce qui est de la biodiversité, c’est une des plus riches régions du monde.  En plus du matériel vidéo, on peut voir des documents d’archives, des plans, des photos et des échantillons du sol. Nous y trouvons des témoignages personnels, mais aussi des preuves tangibles. En outre on présente les procès importants que le peuple indigène à intenté pour forcer l’obtention de  protections. 

Allan Sekula  |  Mining Section (Bureau des mines) |  Ship of Fools / The Dockers' Museum  | Théâtre anatomique

Allan Sekula (1951-2013, USA) était fasciné par le réalisme de Constantin Meunier. À l’instar de l’artiste du 19e siècle, Sekula s’intéresse au monde des mineurs et des dockers. Le dialogue entre Sekula et Meunier se poursuit dans Tracing the Future. Le regard de Sekula sur la vie des mineurs passe par une présentation d’objets, gravures, graphiques, cartes postales et archives photographiques.

Infos pratiques

Tracing the future: 30.09.16 t.e.m. 20.11.16 

Commisaires d'exposition: Stéphane Symons, Hilde Van Gelder, Eva Wittocx

Commissaire d’exposition de Allan Sekula: Mining Section (Bureau des mines), avec des oeuvres provenant de la collection du M HKA, est Anja Isabel Schneider.

Tracing the Future est un double projet avec Yto Barrada dans le cadre du festival urbain 500 ans d’Utopia.

Exposition organisée dans le cadre du projet urbain Utopia et réalisée par la Commission de l’Art Contemporain
de la KU Leuven et M-Museum Leuven en collaboration avec le Lieven Gevaert Research Centre for
Photography, Art and Visual Culture et l’Institut Supérieur de la Philosophie.

Tracing the Future | Adrien Tirtiaux - "Boven de muur" (2016)

Martin Le Chevallier, Münster (c) Spectre Productions 2016
Martin Le Chevallier, Münster (c) Spectre Productions 2016<br/><br/>Photo Tracing the Future (c) Dirk Pauwels
Martin Le Chevallier, Münster (c) Spectre Productions 2016<br/><br/>Photo Tracing the Future (c) Dirk Pauwels
Adrien Tirtiaux. Boven de Muur, 2016<br/>Photo Tracing the Future (c) Dirk Pauwels
Adrien Tirtiaux. Boven de Muur, 2016<br/>Photo Tracing the Future (c) Dirk Pauwels
Adrien Tirtiaux. Boven de Muur, 2016<br/>Photo Tracing the Future (c) Dirk Pauwels
Adrien Tirtiaux. Boven de Muur, 2016<br/>Photo Tracing the Future (c) Dirk Pauwels
Adrien Tirtiaux. Boven de Muur, 2016<br/>Photo Tracing the Future (c) Dirk Pauwels
Ursula Biemann & Paulo Tavares, Forest Law, video still.<br/>Installation @ KADOC pour Tracing the Future<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Ursula Biemann & Paulo Tavares, Forest Law, video still.<br/>Installation @ KADOC pour Tracing the Future<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Ursula Biemann & Paulo Tavares, Forest Law, video still.<br/>Installation @ KADOC pour Tracing the Future<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Ursula Biemann & Paulo Tavares, Forest Law, video still.
Ursula Biemann & Paulo Tavares, Forest Law, video still.
Medium Earth (film still) 2013 by The Otolith Group. Courtesy and copyright the artists.<br/>Installation Bibliothèque Universitaire KU Leuven - Tracing The Future<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Medium Earth (film still) 2013 by The Otolith Group. Courtesy and copyright the artists.
Medium Earth (film still) 2013 by The Otolith Group. Courtesy and copyright the artists.
Medium Earth (film still) 2013 by The Otolith Group. Courtesy and copyright the artists.
Constantin Meunier, Plaque of a Miner Made for an Antwerp Coal Merchant (Edouard Taymans) [title given by Allan Sekula], bronze, 1904, 16,7 x 21,5 x 0,4 cm. Purchased by Allan Sekula through eBay on 13 June 2010. ©The Estate of Allan Sekula. ©Photo: Ina Steiner. Collection M HKA, Antwerp.

Published with Prezly