Le projet « Assistez à la Dernière Cène, découvrez Bouts » reçoit 568.674 euros de subsides du ministre Ben Weyts

Le projet « Assistez à la Dernière Cène, découvrez Bouts » reçoit 568.674 euros de subsides du ministre Ben Weyts

La Dernière Cène de Dirk Bouts, pôle d’attraction international à Louvain

Samedi 9 septembre 2017 — La Dernière Cène de Dirk Bouts (1415-1475) sera bientôt une référence internationale incontournable pour les visiteurs de Louvain.  C’est ce qu’ambitionne le projet « Assistez à la Dernière Cène, découvrez Bouts » du M-Museum Leuven. Grâce au subside-levier de 568 674 euros octroyé ce jour par le ministre flamand du Tourisme Ben Weyts, le musée M peut à présent poursuivre la concrétisation de ses plans pour 2019. Plus que jamais, ce chef-d’œuvre du 15e siècle occupera une position-clé pour tous ceux qui planifient une visite de la ville de Louvain.

Dans le cœur historique, dans la demeure d’un Maître flamand.

En avril 2017, en concertation avec Toerisme Leuven, le musée M a déposé un ambitieux projet dans le cadre du programme de découverte des Maîtres flamands. Au cœur de ce projet, il y a la collégiale Saint-Pierre et ses trésors artistiques qui constituent un véritable atout pour le tourisme culturel à Louvain. Denise Vandevoort, échevine de la Culture de la ville de Louvain et présidente du M-Museum Leuven : « La Grand-Place, l’Hôtel de Ville et la collégiale Saint-Pierre constituent le cœur historique de Louvain. L’imposante église gothique sera totalement remise à l’honneur d’ici 2019.  Les œuvres d’art qu’abrite la chambre du Trésor du musée M seront alors plus que jamais mises en valeur. On pourra y découvrir un ensemble unique de 12 œuvres dans leur cadre historique d’origine, avec, en stars absolues, La Dernière Cène de Dirk Bouts et le Triptyque Edelheere. Le musée M et la Ville sont dès lors très reconnaissants au ministre Ben Weyts et à Toerisme Vlaanderen pour le subside octroyé.  Ensemble, nous allons faire de la collégiale Saint-Pierre un pôle international de découverte des Maîtres flamands. »

Peter Bary, Directeur du M-Museum Leuven, explique comment le musée va procéder : « Grâce au subside-levier, nous allons pouvoir investir dans un nouveau comptoir et dans un espace permettant d’offrir une véritable qualité d’accueil aux visiteurs. Nous allons par ailleurs réaliser en plusieurs langues des applications numériques faisant le lien entre les œuvres exposées dans la collégiale et plusieurs lieux ou récits de Louvain. Nous pourrons ainsi développer bien plus que le potentiel de l’édifice religieux. Nous allons créer une expérience totale où La Dernière Cène occupera une place centrale. Ce chef-d’œuvre du 15e siècle a tout pour devenir une référence internationale pour les amateurs d’art et de patrimoine, à l’instar du Jugement dernier de Roger de la Pasture à Beaune ou de l’Autel Isenheim à Colmar. »

12 chefs-d’œuvre en un seul lieu

Dans la collégiale Saint-Pierre, vous pourrez découvrir 12 œuvres de Primitifs flamands exposées dans leur cadre historique, à l’endroit même pour lequel elles ont été conçues. Il n’y a plus qu’une petite poignée de triptyques du 15e siècle du calibre de La Dernière Cène de Dirk Bouts qu’o puisse encore admirer dans leur emplacement d’origine. De plus – nec plus ultra –, il s’agit d’œuvres créées à Louvain. Dirk Bouts a transposé dans son époque (1468) et dans sa ville un événement datant de l’époque du Christ. Jésus et ses apôtres, attablés dans une habitation patricienne au 15e siècle, portent des habits de cette période. Par la fenêtre, on entrevoit l’hôtel de ville de Louvain en construction sur la Grand-Place. L’église abrite en outre un second triptyque de Bouts : le Martyre de saint Érasme. Cette œuvre, restaurée grâce aux dons de M-Life, brillera à nouveau aux côtés de La Dernière Cène à partir de 2019.  Le futur aménagement fera également la part belle à d’autres œuvres tels que le gisant d’Henri Ier, la série de tableaux de la Fiere Margriet, le projet de tour, le Sedes Sapientiae, la Croix triomphale de Jan Borman ou la Tour du Saint-Sacrement. Le Triptyque Edelheere, copie de l’internationalement célèbre Descente de Croix de Roger de la Pasture, retournera également dans sa chapelle d’origine à l’intérieur de l’église.