L’architecture protagoniste

L’architecture protagoniste

Aglaia Konrad inaugure son exposition solo « From A to K » au Musée M

Mercredi 27 avril 2016 — Aglaia Konrad (°1960, Salzbourg) explore depuis plus de vingt ans les espaces urbains. Par le biais de ses photos, films et installations, elle zoome sur des bâtiments particuliers et sur la manière dont les villes se transforment. Après un parcours d’exposition (inter)nationales, Aglaia Konrad propose au M une rétrospective de son travail, des années 1990 à aujourd’hui. L’exposition réunit des œuvres existantes et nouvelles. « Aglaia Konrad. From A to K » se déroule du 29 avril au 18 septembre 2016 au Musée M de Leuven.

Une mine d’or d’images : rereading the archive

Comment mettre l’architecture en image ? Et comment l’exposer ? Aglaia Konrad se penche sur ces questions. Et son amour immodéré pour l’architecture s’exprime également dans son œuvre. Ce qui caractérise la méthode d’Aglaia Konrad, c’est le travail de recherche préalable à ses œuvres. Résultat : des images d’archives inépuisables centrées sur le développement de villes telles que Tokyo, Chicago ou Shanghai. Cette « image pool », comme l’appelle Aglaia, constitue la base de son travail et de cette exposition. « Cette exposition est pour moi une relecture de mes archives. » Sa réflexion porte dès lors sur différents thèmes tels que l’idéologie du modernisme et la manière dont il a pris forme dans le béton.

Architecture totale

Un simple regard sur les salles d’exposition suffit à comprendre que l’œuvre d’Aglaia Konrad ne peut pas être classée sous le label « photographie d’architecture ». On n’y trouve pas de vues urbaines conventionnelles, ni d’icônes classiques ou de landmarks typiques. Eva Wittocx, commissaire : « Aglaia parvient à mettre en image les bâtiments ou l’architecture comme des sculptures autonomes, la forme et la matérialité étant au cœur de son travail. De plus, c’est la première fois que ce n’est pas l’artiste mais un architecte qui traduit les œuvres d’art dans l’espace du Musée M. Cela fait plusieurs années qu’Aglaia travaille avec Kris Kimpe. Cette collaboration et ce travail de traduction architecturale sont très importants pour elle. » La manière dont elle présente ses photos est, elle aussi, atypique. Dans la première salle, par exemple, elle présente les objets comme un lapidaire. Cette collection disparate se lit comme un index : ce sont les éléments constitutifs de l’exposition. Dans les autres salles sont répartis les Rückbaukristalle, des déchets de démolition qui trouvent ici une seconde vie.

Photos du monde

Aglaia Konrad a résolument opté pour la photographie analogique : « Je ne suis pas photographe, mais la photo est un support qui m’offre une incroyable liberté. De plus, j’aime la matérialité et l’économie de la photographie analogique. Il ne s’agit donc certainement pas d’un choix idéologique. »

Au Musée M, elle présente plusieurs séries de photos existantes. Les vues aériennes de Boeing Over ressemblent à des radiographies de la terre, tandis que la série Undecided Frames s’interroge sur ce qui fait qu’une photo est meilleure qu’une autre. Dans Carrara, l’artiste montre comment les carrières de marbre constituent une formidable synthèse de l’architecture sculpturale. Elle a par ailleurs sélectionné dans ses immenses archives plusieurs nouvelles séries d’images. Les photos de Demolition City datent d’un séjour de l’artiste à Rotterdam. Elle s’y est intéressée à toutes les facettes de la démolition : la démolition elle-même, la manière de démolir et la dimension politique sous-jacente. Pour Shaping Stones, c’est la première fois que l’artiste opte pour une grille monumentale : « L’ensemble se compose de 25 photos, une image en influençant une autre. Je voulais en outre que ces photos soient les plus hautes et les plus grandes possibles. Ce bloc monumental de 25 images s’inscrit ainsi dans l’architecture même du musée. » Zweimal belichtet montre des images doublement exposées, fruits du hasard. Ces erreurs survenues à l’insu de la photographe, sur lesquelles elle n’a pas de contrôle, livrent des images inattendues.

Bâtiments-sculptures

Tout comme dans ses séries photo, Aglaia Konrad explore dans ses films 16 mm la frontière entre sculpture et architecture. Pour elle, le film est une manière d’appréhender un bâtiment. « Je veux que le public se concentre totalement sur l’architecture. C’est pourquoi mes films sont souvent muets et sans acteurs. » La caméra s’attarde sur les textures, les détails, la subtilité de la lumière incidente et des ombres. C’est également le cas dans son nouveau film La Scala. Aglaia s’est rendue à la villa La Scala, réalisée par l’architecte italien Vittoriano Vigano au bord du Lac de Garde.Dans cette maison brutaliste aux accents japonisants, intérieur et extérieur semblent se fondre l’un dans l’autre. La maison est comme une caméra qui scanne et capte en permanence l’environnement. La projection sur écran scindé accentue ce sentiment. Les flashes, typiques des tournages en 16 mm, ont été conservés et procurent au film un caractère rythmique perturbant.

Nouvelle oeuvre pour l'entrée du musée

L’artiste crée une nouvelle œuvre pour l’entrée du Musée. Elle présente notamment dans l’espace clos de la Frauenzimmer, une installation réalisée en verre provenant de l’Astro Tower à Bruxelles. Ce matériau renvoie à l’ironie de l’architecture en verre, qui a eu ses heures de gloire dans les années 1980. Dans la dernière salle, Aglaia Konrad participe avec Suchan Kinoshita, Olivier Foulon, Jörg Franzbecker, Kris Kimpe, Willem Oorebeek, Eran Schaerf et Walter Swennen à l’exposition expérimentale TOKONOMA.

 

Publication

Le livre « From A to K » est publié à l’occasion de l’exposition (éd. Buchhandlung Walther König). Cet ouvrage présente une grande sélection de matériel inédit, tant en couleur qu’en noir et blanc. Les essais et témoignages personnels y traitent des nombreuses dimensions publiques et privées de l’architecture et de l’urbanisme dans l’œuvre d’Aglaia Konrad. 

Emiliano Battista & Stefaan Vervoort (réd.), éditions Koenig Books, Cologne, 391 p., disponible uniquement en anglais. En vente à partir du 29.04.16 au M-shop, au prix de € 35 (au lieu de € 40) 

Informations pratiques

L’exposition « From A to K » s’inscrit dans la série de grandes expositions monographiques organisées par M autour d’artistes tels que Jan Vercruysse, Philippe Van Snick, Dirk Braeckman, Geert Goiris, Patrick Van Caeckenbergh et Peter Buggenhout.

« Aglaia Konrad. From A to K » se déroule du 29 avril au 18 septembre 2016 au Musée M de Leuven.

Commissaire : Eva Wittocx

Aglaia Konrad | From A to K

Aglaia Konrad © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Tokyo (2010) & Osaka (1994) © 2016 KK / www.document-architecture.com
Gelbes Fenster (2005) & Katzenbaum (2016) © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Katzenbaum (2016) © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Carrara Cut (2013) © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Demolition City © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. zweimal belichtet ( 2016) © 2016 KK / www.document-architecture.com
© 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. China Rushes (2009) © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Boeing Over © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Shaping Stones © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Dakar Cuts (2001/2016) & Concrete City (2012) © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. La Scala (2016) © 2016 KK / www.document-architecture.com
Aglaia Konrad. Rückbaukristalle © 2016 KK / www.document-architecture.com

Published with Prezly