Edgard Tytgat. Souvenir d’une fenêtre aimée

Edgard Tytgat. Souvenir d’une fenêtre aimée

Communiqué de presse

Mardi 5 décembre 2017 — L’artiste bruxellois Edgard Tytgat (1879-1957), peintre, écrivain et graveur, était avant tout un fantastique conteur d’histoires. Avec un incroyable sens du détail, il puisait son inspiration dans son observation du quotidien et dans la mythologie ou l’histoire de l’art. Il a peint sur toile des images complexes où la fantaisie, l’absurdité et l’humour se mêlent de manière désarmante. C’est pourquoi son style est si unique dans la peinture belge. M met à l’honneur Edgard Tytgat, peintre et conteur hors pair, avec plus de 70 œuvres en provenance de musées et de collections privées. L’exposition ‘Edgard Tytgat. Souvenir d’une fenêtre aimée’ se déroule du 08.12.2017 au 08.04.2018 au M-Museum Leuven.

Edgard Tytgat

L’artiste bruxellois Edgard Tytgat (1879-1957) a peint près de cinq cents toiles et réalisé des centaines d’aquarelles, gravures, eaux fortes, tapisseries et dessins. Il y ouvre tous les registres visuels pour mettre en place un univers doux-amer. Le monde de Tytgat se caractérise par des personnages dessinés maladroitement, des lignes simples, des perspectives bizarres et des couleurs atténuées et simplifiées. Si son art n’est pas directement définissable par un « -isme », Edgard Tytgat a un style clairement reconnaissable, avec des composantes impressionnistes, expressionnistes et modernistes.

L’amour d’une fenêtre

Edgard Tytgat s’inspirait avant tout de sa propre existence. Tous les thèmes ont été peints depuis sa propre maison. Ils représentent des scènes et des personnages de sa propre vie, comme sa muse et épouse Maria, ou son grand ami Rik Wouters. Tout cela rend son œuvre très biographique, et la fenêtre y est un thème récurrent. Voici ce qu’Edgard Tytgat en disait : « J’aime les fenêtres... C’est de là, de cette fenêtre à l’étage, que j’ai tenté de reproduire les impressions qui m’assaillaient. Vous voyez toute la grâce que la fenêtre m’a offerte. C’est par la fenêtre que j’ai appris à aimer la lumière, les kermesses, les enfants et tout ce qui constitue la foule. »

Une nostalgie douce-amère

Les tableaux d’Edgard Tytgat baignent dans une atmosphère d’innocence perdue, d’érotisme, de variété, etc. Enfants, jeunes femmes, nonnes, curés, musiciens, forains, kermesses, cirques, mythes grecs et récits bibliques y figurent de manière récurrente. Autant de sujets, de titres et de personnages intriqués parmi lesquels, au premier regard, on a parfois du mal à s’y retrouver. Gust Van den Berghe, commissaire : « Tytgat peignait des contes sans intrigue. Lorsqu’on regarde plusieurs de ses œuvres ensemble, on découvre rapidement des bribes d’une histoire plus vaste, invisible. Sans intrigue, comme on l’a dit, mais avec beaucoup trop points communs pour qu’il s’agisse de coïncidences. »

Pour le commissaire Peter Carpreau, la véritable force d’Edgard Tytgat réside dans la virtuosité de sa narration. « L’héritage laissé par Edgard Tytgat est immense en termes de contenu. Il faut plonger dans son œuvre pour découvrir qui il était. C’est là qu’on découvre qu’il fut le premier à intégrer dans la peinture toutes les techniques de narration visuelle existant depuis le Moyen-Âge. C’est ce qui le rend si unique dans le paysage de la peinture belge. C'est aussi ce que nous avons voulu mettre en lumière dans cette exposition. »

Un langage cinématographique

Soixante ans après la mort de l’artiste, cette exposition rend hommage à Edgard Tytgat. Au-delà de plus de 70 peintures à l’huile, le M-Museum présente également du matériel d’archive totalement inédit composé de vidéos, journaux et nouvelles. Le cinéaste et co-commissaire Gust Van den Berghe a trouvé dans l’œuvre du réalisateur suédois Roy Andersson un langage très semblable au style narratif de Tytgat. En confrontant le travail d’Andersson à celui de Tytgat, on se trouve face à deux univers qui se renforcent mutuellement. 

Infos pratiques

Commissaires d'exposition: Peter Carpreau en Gust Van den Berghe

Het huis van Edgard Tytgat in de Terkamerenstraat, Sint-Lambrechts-Woluwe<br/>(c) Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België, Archief voor Hedendaagse Kunst in België<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, La jeune fille à la mansarde, 1950 © Cedric Verhelst<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, Les huit dames, 1940 ©Collectie Gemeentemuseum Den Haag<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, Tytgat et les figures de cire, 1927<br/>©Ville de Grenoble/ Musée de Grenoble – J.L. Lacroix<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, Prologue d’un amour brisé, 1928, <br/>©Musée de Woluwe-Saint-Lambert - Centre Albert Marinus, foto Renaud Schrobiltgen<br/>(c) SABAM Belgium 2017
(c) Dirk Pauwels
Edgard Tytgat, Quand Monsieur l’époux va à la chasse…, 1953, <br/>©Antwerpen, The Phoebus Foundation<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, Euphrasie poseert voor de eerste maal, 1941<br/>©Dieter Daemen<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, Quelques images de la vie d’un artiste, 1946<br/>©Dieter Daemen<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, La dernière poupée, 1923,<br/>Museum voor Schone Kunsten, Gent ©www.lukasweb.be - Arts in Flanders vzw, foto Dominique Provost<br/>(c) SABAM Belgium 2017
(c) Dirk Pauwels
(c) Dirk Pauwels
Edgard Tytgat, Fantaisie, Marionnettes et Paysage, 1912 © Cedric Verhelst<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, De tragische grijsaards, 1924, <br/>©Dominique Provost<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, L’envie et le regret, 1941, privécollectie<br/>©Dieter Daemen<br/><br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat,Jeune fille dans un cercueil de verre, 1932<br/>©Peter Cox<br/>(c) SABAM Belgium 2017
(c) Dirk Pauwels
(c) Dirk Pauwels
(c) Dirk Pauwels
(c) Dirk Pauwels
(c) Dirk Pauwels
(c) Dirk Pauwels
Edgard Tytgat, L’inspiration, 1926 © Anvers, The Phoebus Foundation<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, Huit dames et un monastère (verhaal/prentenreeks bestaande uit 5 delen), 1941-1947, aquarel op papier, 31 x 25,4 cm, privécollectie   © M-Museum Leuven<br/>(c) SABAM Belgium 2017
(c) Dirk Pauwels
Edgard Tytgat bij het schilderij 'Enkele beelden uit het leven van een kunstenaar'<br/>Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België, Archief voor Hedendaagse Kunst in België
Edgard Tytgat en zijn echtgenote Maria in het atelier van de kunstenaar<br/>Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België, Archief voor Hedendaagse Kunst in België
Edgard Tytgat, La visite ministérielle, 1934 © Peter Cox<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, Le petit-déjeuner de Maria, 1947 ©Dieter Daemen<br/>(c) SABAM Belgium 2017
Edgard Tytgat, La statue qui bouge, 1955, olieverf op doek, 73 x 92 cm, Brussels Hoofdstedelijk Parlement<br/>© Dieter Daemen<br/>(c) SABAM Belgium 2017