Deux siècles après sa disparition, un angelot revient à Louvain

Deux siècles après sa disparition, un angelot revient à Louvain

Après 221 ans, le M-Museum Leuven ramène à Louvain un précieux putto en albâtre de Cornelis Floris II

Mercredi 3 mai 2017 — Le 14 mars, lors d’une visite de prospection à la prestigieuse bourse annuelle d’art et d’antiquités TEFAF (The European Fine Art Fair) de Maastricht, une équipe du M-Museum Leuven tombe sur un objet exceptionnel. Il s’avère rapidement qu’il s’agit de la sculpture en albâtre d'un chérubin nu qui, depuis le 16e siècle, ornait la tour du sacrement du couvent des Célestins à Héverlée. À l’origine, la statuette faisait la paire avec un angelot similaire, qui fait actuellement partie de la collection de la ville de Louvain. Il est probable que ces putti n’ont plus été réunis depuis 1796.

La découverte du putto perdu n’est pas un hasard. En effet, M prospecte activement dans les bourses d'art pour continuer à enrichir la collection d’art de la ville. La nouvelle acquisition est un complément particulièrement précieux pour la collection. C’est ce que confirme Peter Carpreau, conservateur et chef du département d'Art ancien : « M gère une collection de sculptures du Moyen-Âge et de la Renaissance dont la renommée est internationale. L’acquisition de cette œuvre de Cornelis Floris II de Vriendt, sculpteur majeur des Pays-Bas au 16e siècle, s’inscrit parfaitement dans le profil et la gestion de notre collection ». Outre le fait que cette magnifique statuette en albâtre est d’une qualité exceptionnelle, c’est surtout par sa riche histoire et sa valeur historique que le chef-d’œuvre disparu est inestimable aux yeux du musée M et de la ville de Louvain. La présidente Denise Vandevoort est, elle aussi, ravie du retour de la statuette : « Voici quatre ans, le musée M et la ville de Louvain ont misé sur le développement de compétences autour de l’art de la sculpture médiévale. Cet achat confirme la pertinence de ce choix puisqu’il nous a permis d’identifier cette œuvre louvaniste et de la ramener dans notre ville ».

Séparés par des pillages 

Le vendeur de l’œuvre était parvenu à attribuer l’angelot à l’École flamande et à la dater du 16e siècle. Pour l’équipe du M, il s’agissait toutefois spécifiquement d’un des deux putti qui, depuis 1560, ornaient la tour du sacrement du couvent des Célestins à Héverlée. Les statuettes sont restées ensemble pendant près de deux siècles et demi, jusqu’à ce que de grandes parties du couvent – dont la tour du sacrement – soient pillées et détruites en 1796 par ‘Rosse Max et sa bande’, un groupe de révolutionnaires louvanistes. Suite aux pillages, un des deux putti disparut. Seule une petite partie des œuvres précieuses du couvent – notamment l’autre angelot – put être mise en sécurité.

Comme deux gouttes d’eau

Selon Marjan Debaene, chef du service Collections, il est ne fait aucun doute que ces deux statuettes constituaient un tout : « Les similitudes entre le putto conservé au M et l’exemplaire remarqué à la bourse d’art sont éloquentes. La forme du coussin, le drapé et le modelé de l’anatomie sont quasiment identiques. Les deux statuettes ont en outre exactement la même taille : 42 cm. Les points de fixation caractéristiques des putti, eux aussi, correspondent, ce qui confirme l’hypothèse qu’ils proviennent bel et bien d’un même ensemble ».

Œuvre du maître-sculpteur du Brabant

Les deux putti sont l’œuvre de l’Anversois Cornelis Floris II de Vriendt (1513-1575), un des sculpteurs les plus en vue de la Renaissance. Au-delà d’être sculpteur, cet artiste polyvalent était également architecte et concepteur. Au cours de sa carrière, Cornelis Floris II a (littéralement) accumulé un palmarès impressionnant, dont le point d’orgue est la conception de l’Hôtel de Ville d’Anvers en 1560. Il est, avec l’architecte et sculpteur Pieter Coecke van Aelst, à l’origine du développement de l’esthétique Renaissance flamande, souvent appelée ‘style Floris’.

Photo de face de l’angelot de la collection de la ville de Louvain<br/>© www.lukasweb.be - Art in Flanders, foto Dominique Provost
Photo de face de l’angelot récemment acheté<br/>© Lopez de Aragon SL.
Photo de profil de l’angelot récemment acheté<br/>© Lopez de Aragon SL.