À la recherche d’Utopia réunit à Leuven une quantité record de chefs-d’oeuvre

À la recherche d’Utopia réunit à Leuven une quantité record de chefs-d’oeuvre

Mercredi 19 octobre 2016 — Au terme de sept années de préparation, le M - Museum Leuven inaugure l’exposition À la recherche d’Utopia. C’est la première fois qu’autant de splendides chefs-d’œuvre sont rassemblés à Leuven. L’exposition présente une magnifique sélection de tableaux, tapisseries, sculptures, dessins, instruments scientifiques et miniatures. Tous ces objets racontent l’histoire de ceux qui, voici 500 ans, sont fiévreusement partis à la recherche d’Utopia, en quête d’un monde meilleur. L’exposition repose sur trois piliers: un bel éventail de Maîtres flamands, des chefs-d’œuvre rarement ou jamais réunis auparavant, et des objets très divers.

 

500 ans d'Utopia

Leuven fête les 500 ans d’Utopia. Cet ouvrage – le plus célèbre de l’humaniste et homme d’État anglais Thomas More – a été imprimé en 1516 dans la ville universitaire. Ce jubilé est l’occasion d’organiser un festival urbain dont la pièce maîtresse est la magnifique exposition présentée au M - Museum Leuven. Au-delà d’être la plus grande exposition de 2016, À la recherche d’Utopia présente de nombreuses œuvres qui n’avaient encore jamais été montrées auparavant en Flandres. L’événement rassemble pas moins de 80 pièces maîtresses provenant de musées et collections privées du monde entier. Ensemble, elles montrent l’imagination sans borne avec laquelle on pensait le monde idéal aux 15e et 16e siècles.

Maîtres flamands

La plupart des grands Maîtres flamands de la fin du 15e et du début du 16e siècle sont représentés. Le fascinant Portrait d’un Humaniste de Quentin Metsys, prêté par le Städel Museum de Francfort, compte parmi les œuvres majeures de l’art du portrait flamand. Le mondialement célèbre Portrait d’Érasme, également de Quentin Metsys, provient quant à lui de la collection privée de la reine Élisabeth II. Le sublime Portrait d’une jeune princesse danoise de Jan Gossaert, prêté par la National Gallery de Londres, occupe une place centrale dans l’exposition et a été choisi comme image de campagne. Les trois Jardins clos de Malines méritent eux aussi une attention toute particulière. Pour l’exposition, ils ont été méticuleusement restaurés pendant trois ans par une équipe de huit spécialistes. Les visiteurs de l’exposition À la recherche d’Utopia seront les premiers à les découvrir dans toute leur splendeur retrouvée.

Albrecht Dürer, qui voyageait à l’époque dans toute la Flandre, est présent avec un de ses plus beaux portraits, L’Humaniste, de la collection des Staatliche Museen de Berlin. Le Rijksprentenkabinet d’Amsterdam a prêté pour l'occasion un exemplaire sans défaut de sa gravure sur cuivre, Adam et Ève – Le péché originel (1504), qui marque de facto la Renaissance dans le Nord.

Mais au-delà des tableaux exceptionnels qui (re)viennent à Louvain, on pourra également voir de célèbres instruments scientifiques de Leuven et quelques magistrales tapisseries murales de Bruxelles qui s’inscrivent parfaitement dans le thème d’Utopia. Au 16e siècle, la ville de Leuven était mondialement réputée pour ses instruments scientifiques. C’est la première fois que dix de ces instruments sont rassemblés pour une exposition. À la recherche d’Utopia est en outre une occasion unique de pouvoir admirer la célèbre tapisserie bruxelloise du Jardin des Délices d’après Jérôme Bosch, prêtée par l’Escorial de Madrid. Par ailleurs, d’autres tapisseries exceptionnelles reviennent également à Leuven après cinq siècles d’absence.

À la recherche d’Utopia renvoie le visiteur dans le passé, tout en ramenant Utopia dans le présent.

Utopia, l’île imaginaire de Thomas More, se trouve ‘nulle part’, loin derrière l’horizon. Tout y est parfaitement organisé et tout le monde y est heureux. Si l’île n’existe que dans l’imagination de More, la quête de ce monde idéal est, quant à elle, bien réelle. L’espoir est un puissant moteur qui anime les gens, avec la promesse de trouver le bonheur, mais aussi avec le risque d’échouer et d’être déçu.

Tel est le propos de l’exposition. C’est l’histoire de gens qui rêvent du Paradis, sont attirés par l’horizon, veulent comprendre l’univers et l’éternité, et craignent l’Enfer. Dans Utopia, en plus d’analyser dans des termes précis la société de l’époque empoisonnée par la cupidité et l’envie, Thomas More propose également une alternative ‘utopique’. Cette alternative se trouve ‘par-delà l’horizon’. Personne n’y mettra jamais les pieds, mais l’île invite à se mettre en route.

‘Utopia’ est plus que le titre d’un livre : c’est un mot passé dans le langage ainsi qu’un nouveau genre littéraire et artistique. Utopia, c’est aussi la conscience de pouvoir tendre vers une meilleure existence sur Terre. C’était le cas il y a cinq cents ans, et c’est toujours le cas aujourd’hui.

L’exposition À la recherche d’Utopia bénéficie d’un important soutien des pouvoirs publics flamands.

Le ministre flamand du Tourisme, Ben Weyts, a investi quelque 770.000 euros dans l’exposition via Toerisme Vlaanderen. Voici les propos recueillis auprès du ministre Ben Weyts : « Les Maîtres flamands sont des icônes intemporelles qui intéressent un très large public. Cette exposition va attirer à Leuven des nombreux visiteurs, en grande partie en provenance de l’étranger, qui fréquenteront également l’horeca et les commerces de Leuven, devenant ainsi les généreux sponsors de l’économie locale. »

L’exposition bénéficie également du soutien du Ministre flamand de la Culture Sven Gatz. Selon le ministre Sven Gatz, « Leuven a réussi à créer une exposition exceptionnelle consacrée à Thomas More et son Utopie. À l’instar des joyaux de la couronne à la Tour de Londres, cette exposition est le joyau du splendide festival urbain pertinemment intitulé ‘The Future is More’. Ce faisant, Leuven montre comment un centre-ville peut assumer son rôle en Flandres, avec des événements dont les nombreux tentacules plongent dans l’histoire, la culture, le patrimoine et les arts. Leuven nourrit donc l’imaginaire bien au-delà de ses frontières.

Encore plus d'Utopia

Dans le cadre du festival urbain 500 ans d’Utopia, la ville accueille également le parcours d’art contemporain Tracing the Future (30.09.2016 - 20.11.2016). L’exposition Yto Barrada au M - Museum Leuven en fait partie (30.09.2016 - 17.01.2017).  Parallèlement à l’exposition À la recherche d’Utopia s’ouvrira au M - Museum Leuven l’exposition d’architecture EUtopia – Possibilité d’une île (20.10.2016 - 17.01.2017).

À un jet de pierre du M - Museum Leuven s’ouvrira au même moment l’exposition Utopia & More à la Bibliothèque universitaire. Thomas More, les Pays-Bas et la tradition utopique (20.10.2016 - 17.01.2017). Cette exposition vous guidera dans Utopia, la vie et l’œuvre de Thomas More et la tradition littéraire utopique. Vous y découvrirez les manuscrits originaux d’Érasme et More, d’anciennes impressions et de nombreuses curiosités.

Organisation de l'exposition À la recherche d’Utopia 

À la recherche d’Utopia est une exposition de KU[N]ST Leuven, une coopération entre la ville de Leuven, la KU Leuven, lluminare – Centre d’étude de l’Art médiéval et le M - Museum Leuven. Cette exposition s'inscrit dans le cadre des ambitions de la ville, de l'université et du M - Museum Leuven, qui organisent de prestigieuses expositions pour un public international. Dans le droit fil de cette tradition, À la recherche d’Utopia donne une fois de plus une dimension internationale à Leuven en tant que ville universitaire, ainsi qu’au M.

Infos pratiques

A la recherche d'Utopia. 20.10.16 >< 17.01.17

Commissaire d'exposition: Jan Van der Stock

Interview avec le commissaire d'exposition Jan Van der Stock Museum Leuven

Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
© Jan Gossaert, Portrait de jeune princesse portant une sphère armillaire, c. 1530. Londres, The National Gallery.
© Jardin clos avec Elisabeth, Ursula et Catharina, Malines, vers 1520–1530. <br/>Musea en Erfgoed Mechelen – Collection des Gasthuiszusters (Kik-irpa, Brussel).
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue sur l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
© Jardin clos avec Calvaire et Chasse à la Licorne, Malines, vers 1500–1530.<br/>Musea en Erfgoed Mechelen – Collection des Gasthuiszusters (Kik-irpa, Brussels).
© Gérard Mercator, Globe céleste, Leuven, 1551. Lüneburg, Museum für Fürstentum Lüneburg.
© Jheronimus Bosch (suiveur), Vision apocalyptique, ca. 1575 – 1600 (1595?). Venise, Palazzo Ducale.
© Albrecht Dürer, La Chute de l’Homme, Nuremberg, 1504. Amsterdam, Rijksmuseum, Rijksprentenkabinet.
© Albrecht Dürer, Portrait d’un humaniste (Sebastian Brant?), 1520/1521 (?). Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, Kupferstichkabinett.
© Jardin clos avec Calvaire et Chasse à la Licorne, Malines, vers 1500–1530.<br/>Musea en Erfgoed Mechelen – Collection des Gasthuiszusters (Kik-irpa, Brussels).
© Conrat Meit, Adam et Ève, Malines ou Anvers, vers 1530–1535. Vienne, Kunsthistorisches Museum.
© Jardin clos avec Sainte-Anne-la-Trinité, Augustinus et Elisabeth, Malines, vers 1520-1550. Musea en Erfgoed Mechelen – Collection des Gasthuiszusters (Kik-irpa, Brussel).
© Thomas More, Première édition d’‘Utopia’, imprimée à Leuven par Dirk Martens en décembre 1516. Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique.
© Simon Bening, Les mois de janvier, mars, mai, juillet, septembre et novembre<br/>dans :  Le livre d’Heures de Hennessy, Bruges, vers 1530–1635. Bruxelles, Bibliothèque royale de Belgique.
© Pierre Desceliers, Mappemonde, Dieppe, 1550. Londres, The British Library.
© Quinten Metsys (réplique d’atelier?), Portrait du greffier de la ville Pieter Gillis, Anvers, après 1517. Antwerpen, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten.
© Maître bruxellois d’après Jérôme Bosch, Jardin des Délices, Bruxelles, vers 1560.<br/>drid, Patrimonio Nacional, Real Monasterio de San Lorenzo de El Escorial.
© Gualterus Arsenius, Sphère armillaire ptolemaïque, Leuven, 1573. Munich, Bayerisches Nationalmuseum.
© Herri met de Bles, Le Paradis terrestre, Anvers, vers 1541–1550. Amsterdam, Rijksmuseum.
© Jérôme Bosch (suiveur), Descente du Christ aux Enfers, vers 1525–1550<br/>New York, The Metropolitan Museum of Art (Harris Brisbane Dick Fund).
© Après Hans Holbein, Portrait de Sir Thomas More, après 1527. Londres, National Portrait Gallery.
© Carte du Brésil dans :  Atlas de Dauphin, Dieppe, vers 1538. La Haye, Bibliothèque Royale, Bibliothèque nationale des Pays-Bas.
© Le ‘Débarquement de Vasco de Gama en Inde’, Tournai, début du 16e siècle.  <br/>Lisbonne, Caixa General de Dépositos (prêt au Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbonne).
© Pierre de Fobis, Sphère mouvante, Lyon, vers 1540-1550. Collection privée.
© Quinten Metsys, Portrait d’un érudit, vers 1522/27. Frankfurt am Main, Städel Museum.
© Quentin Metsys, Portrait de Desiderius Erasmus, Anvers, 1517. Windsor Castle, Royal Collection. Prêt de Sa Majesté la Reine Elisabeth II.
© Maître de Francfort, Réunion utopiste de la guilde des archers (la Fête des Archers), 1493. Anvers, Le Musée Royal des Beaux-Arts (Lukas - Art in Flanders vzw).
© Maître des Livres de Prières aux environs de 1500, L’Amant entre dans le Jardin des Délices,  dans :  Guillaume de Lorris et Jean de Meung, Le Roman de la Ros, Bruges, vers 1490–1500. Londres, The British Library.
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'à la recherche d'Utopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo (c) Dirk Pauwels
Vue de l'exposition 'EUtopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo: Filip Dujardin
Vue de l'exposition 'EUtopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo: Filip Dujardin
Vue de l'exposition 'EUtopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo: Filip Dujardin
Vue de l'exposition 'EUtopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo: Filip Dujardin
Vue de l'exposition 'EUtopia' au M-Museum Leuven<br/>Photo: Filip Dujardin